Documents
 Galeries photos
 Histoire
 Le Club
 Miniatures
 Recensement
 Sur le Net
 Vos voitures
 Forum de discussion
VOUS ETES ICI > > Restaurer
 







Restauration d’un réservoir essence
Sur une Océane

jeudi 22 juillet 2010, par Jean-Claude


DANS LA MEME RUBRIQUE :
Étanchéité pare brise
Dynamo ou Alternateur
Restauration Simca 8 & 9 Sport : dur, dur !
Plus de sécurité à petit prix.
POURQUOI pas une pompe à essence électrique ?
Restaurer une Océane ou une Plein Ciel : pas simple
PURGER les freins
Plus de sécurité à petit prix
Feux arrières "Grand Carrossier"
Surveillez la température moteur de votre SFM


Philippe Béteille, avait son Océane qui de temps en temps lui demandait à ce qu’il souffle dans le tuyau d’alimentation d’essence et à ce qu’il nettoie le filtre à essence posé par lui avant le carburateur…
Il n’est pas le seul dans ce cas…on en a vu d’autres de carbus "dégueu " et de voitures "garées "le long du chemin avec la moitie d’un homme dans le moteur, une paire de jambe dépassant de l’aile… (signe de panne !!!)

Il a réussi à faire Gironde - Vaucluse et retour avec UNE seule intervention…
Mais le week end passé lors d’une simple balade, c’est tous les kilomètres qu’il devait intervenir…
Lassé de sentir l’essence, et plus que "bon bricoleur"notre ami a tombé son réservoir d’essence, l’a ouvert * et cherché le "pourquoi du comment" comme on dit…
et à eu une angoisse rétrospective en pensant à la vrai panne qu’il aurait pu avoir sur l’autoroute à 5 ou 600 km de chez lui en voyant les causes…

Son attention a été attirée par le "chapeau"dans lequel s’engouffre le plongeur qui aspire l’essence (quand tout va bien) en haut et à droite dans le réservoir sur cette vue , que l’on voit en gros plan sur la photo ci après (rappel, le plongeur est soudé sur le réservoir)

ce "chapeau" laisse passer l’essence par un fine fente …il n’est pas soudé tout le tour de sa périphérie..

et horreur !, voici le fond du puit d’aspiration…facile de comprendre maintenant les pannes répétitives…
Derrière le tube un peu sur la gauche, l’orifice du bouchon de vidange, qui même en cas d’ouverture et donc de vidange ne drainera pas les dépôts…

Une fois tout nettoyé, notre ami a re-brasé (ressoudé avec de la brasure) d’un tour de main (il est habile, Philippe et sait souder, entre autres activités de loisir…) le couvercle du réservoir.
Outre le fait de "montrer du doigt " cette sournoise panne, ce petit reportage laisse imaginer le résultat s’il avait utilisé RESTOM / RESERVOIR comme d’ailleurs je lui avais conseillé et comme par chance il n’a pas fait !
En effet, cet excellent produit RESTOM qui est une résine qui une fois polymérisée isole les parois de l’air et donc stoppe la corrosion (et qui a été fort efficace dans le cas de mon réservoir de Huit Sport par exemple) dans ce cas avec les détritus cela aurait fait du "béton"et complètement bouché le tube d’aspiration du plongeur…obligeant tout de même une ouverture …pour voir et savoir !
Il existe un autre système d’aspiration, qui était le seul que je connaissais et qui équipe les "vieilles" Aronde (avant la série S , et l’Océane de Philippe est une S)
(la Huit Sport possède un tube plongeur démontable également)
En effet j’avais souvenance d’un plongeur démontable… et oui, il équipe les Aronde avant 1960… (photo ci-dessous d’un tube prélevé sur réservoir Océane 57)
Ce système est plus logique (mais plus coûteux ?) et est muni d’une crépine, MAIS il est tellement mal situé que le démonter est assez "hardi"… m’enfin il existe…

Le tube à été photographié devant un olivier bi centenaire avec à ses pieds du thym replanté après voyage de reconnaissance de janvier 2010 dans le Vaucluse, et qui a bien pris et même fleuri…

*il est évident que quelques IMPERATIVES précautions sont à prendre…
Avant d’attaquer le travail sur le réservoir ET MEME SA DEPOSE…on arrête de fumer
on n’actionne pas de briquet ou autres allumettes à proximité…
Je me dois de dire, en tant que rédacteur, ces conseils de base qui peuvent paraître enfantin voire un peu débile, mais… ne riez pas, une histoire tristement célèbre me revient en mémoire, alors que nous étions de passage à La Rochelle, c’était il y a plus de 20 ans… Une nuit, des jeunes voulant siphonner de l’essence dans le réservoir d’une voiture, pour savoir si le butin serait intéressant avaient regardé (très rapidement…) par le trou de remplissage du réservoir sur la voiture en s’éclairant à l’aide d’un briquet.
C’est la clinique qui connaît la suite…

Ce sont les vapeurs qui explosent, le liquide lui, brûle (très bien, mais n’explose pas)
Autrefois, époque ou l’on réparait (aujourd’hui on remplace) les artisans spécialistes (c’étaient les mêmes qui réparaient les radiateurs de refroidissement)
"désinfectaient" (c’est le terme qu’ils employaient) le réservoir, c’est-à-dire qu’ils le remplissaient d’eau et faisaient bouillir sur un réchaud.
L’eau + la vapeur d’eau supprimant les vapeurs explosives.

Philippe lui à travaillé un peu différemment : il a ouvert le réservoir à la disqueuse (disque très fin de 1 mm) mais comme cela produit des étincelles il avait rempli COMPLETEMENT son réservoir avec de l’eau.
Evidemment Philippe il était un peu "humide" à la fin de l’ouverture mais c’était mieux tout de même qu’être sec- brûlé…
Ensuite la mise à l’air libre, les nombreux lavage- rinçage ont eu raison des vapeurs résiduelle et il a pu ressouder.





Jean-Claude

Président du club.



SOMMAIRE MAGAZINE | PLAN DU SITE | ADMIN | RETOUR AU SITE